Les différents traits de la littérature électronique se rencontrent finalement dans la littérature numérique au sens culturel

{sous une forme métaphorisée par le discours, l’inscription de la trace étant la médiation technique fondamentale (l’enregistrement)}

Et effectivement, nous constaterons que – si on fait abstraction des outils particuliers mentionnés dans les exemples pour illustrer ce qui pouvait être de la littérature électronique, suivant une définition plutôt circulaire, on s’en rappellera – on peut dégager des propriétés cardinales de la littérature électronique qui correspondent à des structures et à des formes de comportement qui leurs sont associés et qui sont commandées à différents degrés (et se retrouvent souvent combinées avec un plus ou moins haut degré d’intégration) dans les oeuvres se qualifiant comme littérature électronique.

Une hypothèse intéressante, si admet la distinction proposée entre littérature numérique et littérature électronique, et qui a été esquissée par Marcello Vitali-Rosati dans un article (à paraître), est que les propriétés en question ne sont pas entièrement nouvelles dans le monde de la littérature, et qu’elles sont des modalités d’organisation ou des pratiques qui furent générées progressivement au fil de la longue histoire de la civilisation occidentale (et probablement en parallèle dans celle de la littérature orientale). Mais elles ne se seraient jamais manifestées à un si haut point de densité que depuis que le web, les technologies mobiles et la navigation dans le nuage se sont insinuées dans notre vie quotidienne au point de non seulement faire partie du décor, mais de faire partie de nous. Or, si nous les considérons dans leur isolement on peut dégager les structures suivantes :

  • Hypertextualité
  • Interactivité
  • Algorithmicité
  • Collaborativité

Maintenant, ce qui est intéressant, disions-nous, est de nous demander si ces quatre traits, outre les préoccupations thématiques, stylistiques et langagières, ainsi que la question du brouillage des frontières dont nous avons étudié les manifestations d’entrée de jeu, en particulier chez Mahigan Lepage, ne pourraient pas représenter des sortes de piliers de la culture numérique en voie d’émerger de la collectivisation de nos pratiques de navigateurs du web, et de découvreurs du code qui sous-tend ce nouvel espace que nous nous efforçons d’habiter sans trop nous dénaturer. Il y aurait beaucoup à dire, nous y reviendrons en conclusion, sur cette résistance que nous semblons éprouver à admettre que des technologies puissent en quelque sorte coloniser nos existence, déjà précaires, de mortels sur cette terre. Mais nous devons savoir que nous ne pouvons nous exclure du monde (si ce n’est par la mort, justement) et que le monde est modifié en profondeur par les altérations de nos comportements provoquées par ces nouvelles technologies. Comme pour les changements climatiques, la question n’est pas de se demander si on doit les empêcher ou les laisser se produire, mais de savoir comment nous nous y prendrons pour nous y adapter tout en limitant les dégâts que cette transposition de notre monde en ce nouveau territoire générera. Pour un petit pays comme le Québec, par exemple, cela représente à la fois une opportunité de s’affirmer dans la francophonie et un risque de plus de se voir enseveli dans le règne généralisé de l’anglais dont il est déjà entouré. Car il faut savoir qu’il n’y pas de culture numérique sans texte, ne serait-ce que les codes qui permettent au tout d’opérer.

Commençons donc par voir le trait qui nous faire remonter à l’idée de Bush (pas George, mais Vannevar) soit des textes qui pourraient communiquer entre eux, des hypertextes, s’incarnant dans le projet du Memmex.

5.5.1 Hypertextualité

5.5.2 Interactivité

5.5.3 Algorithmicité

5.5.4 Collaborativité

5.5.5 Convergence de ces traits…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s