Archives du mot-clé perspective

2.2.5 Vers un nouveau rapport à l’identité

a) Identités numériques et droit à l’oubli

Nous sommes qui nous voulons bien laisser derrière nous (ou non)

Une question de pouvoir sur les traces analysée par Louise Merzeau

b) La fiction de la transparence, un affront à la remédiation

Nous croyons que nous pouvons nous définir comme un oignon (mais non)

Toutes nos théories nous remettent systématiquement en boites (blocs, balises, etc.).

c) À la conjoncture médiatrice de l’espace et du temps

Entre intermédialités et méta-ontologie, quelle résidu de lieu pour la définition classique de l’identité (comme conjonction d’espace et de temps, justement)?

Peut-être à travers la notion d’espacement, évoquée par Louise Merzeau, et qui renvoie au caractère spatial du langage comme le note Novarina dans une entrevue accordée à son éditeur (cf. Trahan). Finalement, la grammatisation doit être une réappropriation du code par le corps pour donner à l’individu (toujours singulier mais pouvant être un collectif aussi bien qu’une personne seule) un opportunité de se déprolétariser en retrouvant le rapport au travail comme savoir, par-delà la dépossession qu’implique l’emploi salarié, lequel devrait tendre à disparaître sous la pression de l’automatisation qui devrait exploser dans les prochaines années. Voir évidemment les propos à l’oral et à l’écrit de B. Stiegler sur ces questions.

Publicités

2.2.4 Le numérique, entre rupture et continuité (par rapport à l’imprimé)

a) Le caractère éclairant du paradoxe associé à la poursuite de la performativité par l’intensification des médiations

i. Pour tenter de comprendre l’histoire de la civilisation occidentale
ii. Pour aborder la question de l’historicité de la condition humaine
iii. Pour identifier ce qui séduit les Québécois dans l’aventure numérique

La valeur heuristique de la littérature numérique (Bouchardon)

b) L’articulation plus poussée entre les faits et les valeurs

i. Constatée dans les transformations de l’identité par les métamorphoses du corps
ii. Explicitée par la notion de stigmergie applicable à la science et à la gouvernance

Enfanter l’inhumain (Dyens) – blogue http://t.co/u2TRuUuJ17 Lilian Ricaud

iii. Reconnaître que nos utilisations des techniques abréagissent sur notre être

Pour une théorie critique de la technique (Feenberg) et Le temps et la technique (Stiegler)

iv. Le projet d’intelligence artificielle n’évacue pas la nécessité d’une interprétation

La Grande conversion numérique (Doueihi)

v. Et nulle interprétation sans évaluation

Pour un humanisme numérique (Doueihi) et Corps et virtuel (Vitali-Rosati)

c) Le point tournant ne marque pas un virage à 180°

i. Le caractère excessif de la prophétie de McLuhan quant à la disparition de l’écriture

T’es où? Ontologie du portable (Ferraris)

ii. La tabula, le volumen et le codex étaient technologiques. Le livrel l’est autrement

Après le livre (Bon)

iii. La différence est essentiellement une question de mémoire et de mobilisation

Âme et iPad (Ferraris)

Cela n’est pas nouveau, mais il demeure pertinent de considérer le point de différenciation entre la civilisation d’avant et d’après le numérique en termes de déplacement du centre d’intérêt des développeurs de l’économie du point de vue de la production vers celui de la consommation. À ce chapitre une des théories qui mérite d’être considérée de près est celle formulée par Herbert Simon concernant l’avènement d’une société « riche en information » ce qui met de l’avant la nécessité de penser une économie de l’attention. Comme le dit Yves Citton, interviewé par Stéphane d’Arc : «  S’il y a bien quelque chose de nouveau, ce sont les accélérations induites par la diffusion massive de développements technologiques tels que l’ordinateur personnel, Internet ou les algorithmes des moteurs de recherche. » <https://lejournal.cnrs.fr/articles/lattention-un-bien-precieux&gt;. Cette formulation a l’avantage de conjuguer la question de l’objectivation de la mémoire Lire la suite

2.2.3 Comment peut-on parler d’humanités numériques?

Ce troisième sous-point appartient au point 2.2 La question de la culture : comment aborder la « culture numérique »?

a) Le rapport essentiel de l’être humain à la technique
b) Des humanités numériques à l’humanisme numérique?
c) L’accent mis sur le processus automatisé rend-il caduque l’idée de « démarche » (au profit du résultat)?

[Ce point n’est pas rédigé pour l’instant. Développement à venir.]

2.2.2 Quels rapports entre « numérique » et « culture »?

a) Culture et numérique sont-ils antinomiques?

Cela semble être la position des techno-sceptiques (pour ne pas dire des technophobes), ou des « puristes » (ce qui revient souvent au même). Mais la réalité est plus « mitigée ».

b) La précision « numérique » est-elle en voie de devenir superflue?

Voir à ce sujet le billet « Interfaces » sur le blog de recherche de Marcello Vitali-Rosati.

c) Des « valeurs numériques » et du défi de la numératie

[Ce point est à formuler (les compléments qui suivent ouvrent quelques pistes)]

Compléments intéressants annoncés dans la présentation du point 2.2 La question de la culture : comment aborder la « culture numérique »? :

C’est ici qu’il vaudrait la peine de parler de déprolétarisation (Stiegler) et du lien avec l’automatisation, qui représente une opportunité dans le sens où elle signifierait la fin de l’emploi salarié mais une ouverture vers le retour au travail véritable (synonyme de savoir), ainsi que de grammatisation et d’individuation qui sont les concepts qui fonderaient un ordre nouveau. On pourrait réfléchir au lien entre grammatisation et documentalité. Mais jusqu’à quel point les textes de nos auteurs nous permettent-ils d’aborder ces questions?

Voir l’article de Marcello Vitali-Rosati : « Culture numérique? »  et celui de Bernard Stiegler « Organologie » : Pourquoi ne pas proposer un rapprochement entre Stiegler et Stigmergie (Cf. Enfanter l’inhumain, d’Ollivier Dyens) – cf. le premier billet de mon blogue, Ruptare : Printemps ! Print Time ? Mais voir aussi le rapport avec Feenberg, qui pose la question dans une perspective critique, mais pas nécessairement méta-ontologique (comme le propose Marcello, qui dit dans le fond que l’ontologie disparaît avec la mouvance des formes de pensée sous la pression du numérique à toujours aller de l’avant). Mais il demande quand même comment l’écrivain évolue avec ses outils (dans un autre billet : l’écrivain et ses techniques : http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/lecrivain-et-ses-techniques-question-iconographique/).

2.2.1 Pratiques de l’édition numérique

Certains intellectuels français ont commencé à étudier concrètement les pratiques en rapport avec les NTICs du point de vue de l’édition. On pense notamment à Jean Sarzana et Alain Pierrot qui, avec Impressions numériques, font le tour de cette modification des manières de faire, et qui furent parmi les premiers à parler d’édition « homothétique ». Un autre est Philippe Aigrain qui s’est questionné également sur les dimensions économiques de cette évolution de la chaîne du livre, dans Sharing. Car on aura compris que le livre papier ne disparaîtra pas du jour au lendemain en raison de la portabilité accrue des livrels. Mais il est évident que les habitudes des acteurs du milieu du livre sont fortement bousculées par les possibilités nouvelles que les supports numériques mettent à la disposition des lecteurs (annotation, recherche) et des auteurs (autopublication), et dont les éditeurs auraient tort de ne pas tenir compte.

a) Comparaison entre le papier et les supports numériques

D’un point de vue pragmatique (voire matérialiste), il est raisonnable de penser que les changements physiques qui se produisent lorsqu’on lit sur un écran par rapport ce qui se passe lorsque le texte lu est imprimé sur des pages de papier ne sont pas sans conséquences sur la signification même de l’acte de lire. Pour comprendre les effets de ces changements, il est possible d’adopter différentes perspectives. On peut réfléchir à la nature de l’objet livre. Quel est le support du livre numérique? Quelles en sont les caractéristiques? Comment cela modifie-t-il notre rapport à l’appréciation du sens? On peut aussi se concentrer sur les processus psychologique et biologiques qui sont différents lorsqu’on regarde une machine nous offrant différentes options, avec un écran rétro-éclairé ou non, vs lorsqu’on utilise un livre de poche ou cartonné pour accéder aux contenus que l’on est intéressé à lire. Une troisième perspective, qui est peut-être la plus appropriée pour saisir l’ensemble des enjeux Lire la suite