Archives du mot-clé définitions

1.4.1 Typologies

a) Selon l’esprit dans lequel elle est créée

i. Expérimentale
ii. Ludique
iii. Commerciale
iv. Alternative

b) Selon le type de support choisi

i. Livrel au format ePub, PDF ou autre lisible sur liseuse
ii. Site web ou blogue consultable en ligne
iii. DVD, CD-ROM, disquette ou clé USB associé à un ordinateur et à des interfaces
iv. Médial social littéraire (e.g. YouScribe) ou non, ou roman par courriel, SMS, etc.
v. Papier, mais intégrant des codes des communications en ligne (e.g. Labyrinthe)

c) Selon le genre de technologie mise en oeuvre

i. Effets visuels et sonores intégrés (Flash, PDF récent, ePub 3)
ii. Algorithmes permettant l’interaction
iii. Fiction hypertextuelle
iv. Texte en format numérique avec images et éventuellement une table des matières
v. Intégration de papier et de numérique avec des codes lisibles / humain-machine

d) Selon l’intensité processuelle des technologies mobilisées

i. Algorithmique (computationnel étant un cas à part)
ii. Fiction interactive ou par le web et/ou les courriels
iii. Livrels enrichis
iv. Livrels homothétiques (la base de l’hypermédiatique)

e) Formes et définitions

i. « Entrée de gamme » (Hypermédiatique de base)
ii. Livrel enrichi
iii. Fictions interactives
iv. Hybrides entre série-télé, jeu vidéo et livre dont vous êtes le héros
v. Littérature générative et poésie animée
vi. Codepoésie

4.4.4 Lexique

Signe que Milad Doueihi a raison de parler de culture anthologique

Pour La Petite Apocalypse illustrée, Josée Marcotte propose carrément un lexique. Mais la vie des personnages de « papier » qui le composent s’y invite.

Le fait que ce soit un inventaire de termes définis suivant l’ordre alphabétique nous amène à reconnaître une instance très claire de ce que Milad Doueihi appelle la culture anthologique, même si ce concept a une portée plus large dans son esprit, comme nous le verrons. De plus c’est aussi une raison de plus de parler d’une culture numérique car si des définitions semblent nécessaires, c’est bien parce qu’on entre dans un nouveau territoire de l’imaginaire collectif. Il importe de nous doter de repères. Le fait que les autres écrits n’aient pas cette forme ne contredit pas ce que nous affirmons ici. Le lexique est un cas précis de la culture anthologique. Mais les autres recueils sont aussi des anthologies et les carnets sont aussi des collections de « feuillets ». C’est une culture qui accumule des éléments en séries sans chercher une hiérarchie ni une narration au sens classique pourrions nous dire. C’est que le contrat de lecture est en cours de négociation au fil de l’intrigue. C’est pourquoi il est utile de voir chaque « période » comme une historiette.