Archives du mot-clé culture anthologique

iii. Lexique, phrases, aphorismes, recueils

« Décentrements » est une collection (formation anthologique) [Objet documental]
Une première hypothèse serait que cette ouverture se manifeste à travers le caractère anthologique de la culture, renvoyant à la fois à cette soif de savoir et à la volonté de promouvoir une nouvelle égalité entre les individus. Ce qui se traduit dans la culture geek, transposable à d’autres domaines que l’informatique, par un encouragement des initiatives provenant de la base, suivant le principe d’après lequel la révolution ne viendra pas d’une confrontation violente avec l’autorité, mais d’une systématisation des modes de fonctionnement remplaçant le top-down par le bottom-up. C’est l’idée de l’image du bazar par opposition à la cathédrale. Dans Vers l’Ouest, la manière dont cette ouverture se manifeste est par la mise à plat des émotions qui cèdent la place à la description de ce qui se produit et des paysages, à commencer par la route, premier personnage. Mais comment cela se rapporte-t-il à la culture du Bazar telle que l’a définie Milad Doueihi? Rappelons-nous que ce n’est plus seulement le rapport à la propriété des moyens de production qui est considéré ici, mais la mise en oeuvre des moyens pour diffuser la compétence numérique. (cf. 3.1.2, citation de CN, p. 165)

Il conviendrait ici de mettre en rapport la réflexion que nous venons de faire sur l’importance de la disponibilité des lecteurs à l’émergence de nouvelles interprétations, à partir des propositions contenues dans les textes, avec la valorisation de la culture anthologique, mise en évidence par Doueihi, et que semblait confirmer, du sein même de la collection que nous étudions, la présence d’un livrel en forme de lexique (La Petite Apocalypse illustrée, de Josée Marcotte – cf. 4.4.4). En effet, ce caractère étal de la matière qui constitue le texte, cela doit donner un sentiment de liberté quant à l’itinéraire qui permettra de couvrir tout le territoire que représente l’ouvrage. Or ce rapport entre ce qui est étal (comme dans un bazar) et l’égalité inter-individuelle (serait-ce entre des phénomènes impersonnels comme les couleurs), elle apparaît assez explicite déjà dans Vers l’Ouest, de Mahigan Lepage. Déjà, sa fascination pour l’idée d’étale nous vient de ce qu’il emploie ce mot d’une manière peu coutumière (comme substantif ). Parlant du stade, il dit : « De l’étale de la ville en re­trait se dresse un haut mât pen­ché sur une grosse sou­coupe » (p. 26). Mais « étale » est un terme maritime, un nom masculin : « Moment où le niveau de la mer ou d’un cours d’eau est stabilisé. » (Larousse). Il semble le savoir puisqu’il se réfère à un mât pour parler de la tour du stade, quoique dans ce cas-ci ce n’est pas une image, puisque c’est bien ce dont il s’agit, étant donné qu’il sert à soutenir la toile servant de toit à l’amphithéâtre… Par ailleurs il s’en sert à nouveau pour qualifier la ville, cette fois en tant qu’adjectif. « Le ter­mi­nus d’au­to­car se trouve dans une par­tie plus étale de la ville » (p. 33). Le fait de s’étaler est attribué à la route, en décrivant l’asphalte qui « continue de s’étendre » alors qu’il est aux marges de Montréal (p. 25). La notion prend vie avec le verbe « se dérouler ». On voit évidemment l’analogie avec le rouleau de papier. C’est une analogie classique entre le chemin et l’écriture que l’on retrouve déjà dans Le Rouge et le noir de Stendhal, lorsque le roman est défini par le narrateur comme un miroir brandi le long du chemin. Les tons de rouge et de noir, sont, rappelons-le, ceux qui s’entremêlent comme les couleurs fondamentales du bitume constitutif de la route. On pourrait même dire que phénoménologiquement, l’enroulement du rouge et du noir est constitutif de la route telle que nous la percevons, lorsqu’on y migre Vers l’Ouest, comme a tenté de le faire Mahigan Lepage avec un succès mitigé (c’est aussi le récit d’un échec partiel).

La notion de Beat est évoquée lorsqu’il mentionne que ses amis et surtout lui sont perdus. « Donc j’étais perdu, de tous mes amis j’étais sans doute le plus perdu » (p. 7). Elle nous ramène à cette idée d’égalité que nous voyons associée à ce qui est « étale ». Voici où le rapport apparaît. « C’est en­core et tou­jours la prai­rie, qui tout éga­lise. » (p. 68).

Sinon, la culture anthologique se manifeste peut-être dans ce récit, par l’énumération des noms des villes que l’on traverse. Mais comme elles ne sont pas vécues, elles font l’objet d’une reconstitution a posteriori. Cela fait partie de la réalité du monde cartographié. Si le monde se présente concret comme ruban d’asphalte se déroulant, et succession de panneaux de circulation. Il n’en demeure pas moins qu’il est plus facile que jamais de le survoler à l’aide d’une carte et d’y repérer les agglomérations qui jalonnent notre parcours.

« Je viens à peine d’at­ter­rir sur la route que déjà je me sens seul. Une voi­ture m’a pris en stop et m’en­traîne vers Ot­tawa. On pense peut-être aux vil­lages qui ja­lonnent de l’autre côté de la ri­vière Ou­taouais, Fa­cett, Mon­te­bello, Pa­pi­neau­ville, Plai­sance, Thurso, Mas­son. De ce côté-ci de la ri­vière je ne connais pas le nom des lieux. Il y a Com­ber­land je crois. Pour moi ce côté-ci de la ri­vière Ou­taouais n’est rien que route et pan­neaux. » (pp. 35-36).

Ce passage est emblématique de ce que représente le passage à la culture numérique. Soit l’imprégnation de la réalité par la philosophie via l’introduction du rapport phénoménologique à l’existence vue la strate supplémentaire de référence perceptuelle que vient introduire le numérique. La virtualisation c’est surtout la possibilité de comprendre comment ça fonctionne en décomposant la perception en moments discrétisés. Et ce qu’on comprend d’abord, c’est que c’est à nous que revient la responsabilité d’établir les ponts entre les points. Et les points eux-mêmes, à la limite, n’existent peut-être que dans notre imagination.

Publicités

5.1.1 Multiplicité – discrétisation

[À mettre en rapport avec 3.1.1 (La relation entre « virtualisation » et écriture)]

Formes brèves, indexables ou périodisables et culture anthologique

D’après ce que nous pouvons observer dans Vers l’Ouest, la manière dont le texte se présente est plutôt marquée par l’unité que l’éclatement auquel on s’attend lorsqu’on parle de fragmentation en pensant à la discrétisation qui sous-tend, techniquement, les médias numériques. C’était en partie sur le constat de cette fragmentation des contenus, se présentant généralement sur la toile sous forme de morceaux épars, difficiles à recenser, que Milad Doueihi se basait pour dire que nous entrions dans une ère de l’inventaire. Ce qui l’amenait à proposer une caractéristation de la culture numérique comme « culture anthologique ». Pourtant, nous avons vu aussi que le caractère continu du syntagme que forme le premier opus numérique de Mahigan qui semble ne former, à la limite, qu’une seule phrase, masquait une plus grande analogie qu’il n’y paraît de prime abord avec, précisément, ce sentiment de confusion généralisée qui nous saisit la première fois qu’on aborde le web, où toute la masse des données qui y circule y formerait un immense spaghetti indifférencié et inextricable, si nous ne pouvions nous appuyer sur des méthodologies de sélection de l’information qui demeurent d’ailleurs fort lacunaires jusqu’à ce jour, où le web sémantique tarde à s’implanter. Donc, cette image de bloc, qui résiste – en un premier temps – au déchiffrement, ne fait pas que figurer l’apparence de la route se déroulant à l’infini devant nous. Elle mime en même temps la résistance à la lecture, l’opacité de la toile qui noie toutes les données discrétisées dans un amalgame inintelligible, lorsqu’on ne dispose pas de moyens d’appropriation personnalisés, adaptés à nos besoins de compréhension.

L’impression que le texte fait masse cède d’ailleurs rapidement la place au sentiment qu’il forme un espace, une étendue, qui – telle la représentation courante du web comme une mer sur laquelle on peut surfer – constitue une surface qu’il nous serait loisible de parcourir. [Le caractère plus ou moins ouvert de la zone du web où nous nous trouvons dépend en partie de la possibilité qui nous est donnée ou non de mettre en rapport les points auxquels nous avons immédiatement accès par notre réseau et d’autres qui en seraient fort éloignés ne fut-ce de l’interrelation constante des différents points de jonction les uns avec les autres.] Malgré tout, la deuxième observation qui nous frappe, passé le premier moment d’inquiétude dans ce nouveau milieu, c’est que chaque segment existe bel et bien dans un cadre, c’est à dire que toute phrase, ponctuée ou non, toute citation, appartient à une portion du discours qui s’associent aux autres d’abord par la rupture de ton qui marque le rythme de la scansion. C’est donc la respiration qui accompagne la démarche de lire qui structure finalement le mode d’organisation du texte, dont le lien avec la narration n’aura jamais été plus évident, depuis que le rôle des lecteurs aura été ainsi catapulté à l’avant-plan. Cele nous ramène à la remarque que nous faisons que c’est en nous orientant dans ce dédale apparent que nous commençons à en configurer la carte mentale. Il y a là quelque chose qui rejoint, sans la médiation habituelle des manettes et de leurs boutons, la notion de littérature ergodique, où les sensations proprioceptives deviennent fondamentales dans la relation que les « récepteurs » entretiennent à la formation du sens. Mais ces sensations se passent, dans une certaine mesure, de mouvement visible, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient moins signifiants pour autant. Certes il y a eu des précurseurs, comme Joyce qui utilisa déjà le principe de la période marquée par des répétitions indiquant les unités de lecture autrement que par la ponctuation, dans Ulysse, comme on s’en souvient. Mais il n’en demeure pas moins que même l’idée de Lector in Fabula, développée par Umberto Eco, n’attribuait pas, in concreto, un rôle aussi important qu’au lecteur réel, puisque celui-ci était en fin de compte, prévu par l’auteur dans son effort de structurer « sémiologiquement » la relation entre le narrateur et son « lecteur idéal » (le narrataire).

C’est ainsi que, même lorsque la lecture pourrait aussi bien être linéaire (comme l’idée d’une sorte de rouleau nous y invite à le penser), la périodisation se produit inévitablement, ne serait-ce que sur la base de notre incapacité radicale à tout ingérer le récit d’un coup. N’en déplaise à Ray Bradbury, manger un texte ne nous le fera pas apprendre par coeur. Et même si on dévore une histoire, on en manquera forcément des bouts. De sorte que la forme narrative, la composition et la mise en ordre du discours sont dissociés en partie de la mise en « chaîne de caractères » (array en anglais) du texte formant le livre « physique » (aussi dématérialisé soit-il) puisque la responsabilité des lecteurs concrets devient le premier chapitre du contrat de lecture qui se forme désormais en contexte numérique. Cele est peut-être la principale nouveauté amenée par la culture numérique, qui entraîne la véritable multiplication des versions de l’oeuvre, chaque lecture entraînant sa propre cristallisation du sens, dans un parcours singulier, toujours personnel, de lecture. Cela ne veut pas dire que toutes les lectures se valent. Les lectures seront plus souvent que jamais morcelées, voire incomplètes. Il y a des avantages et des inconvénients à ces changements du point de vue de la valorisation de l’intertextualité notamment. Mais il faut reconnaître que la capacité à procurer un momentum à la lecture est une force qui rend un lecteur plus puissant. Son interprétation de l’oeuvre gagnera en réverbération, et son pouvoir d’attraction rendra davantage de lecteurs sympathiques à la source de son plaisir qu’un lecteur apathique, n’intégrant pas ses appréciations personnelles des oeuvres à ses autres discours médiatisés. Et nous ne présumons pas ici que toute lecture personnelle est forcément subjective et consacre le relativisme esthétique en art. Un rapport entre sensibilité et rhétorique sera sûrement à redéfinir dans les années à venir, sur le base d’une meilleure compréhension de l’être humain, ébranlé dans son identité par les heurts que son « développement » a provoqués sur l’écosystème global dont il dépend.

i. Fragments, historiettes et périodes : des touts courts…

ii. L’indexabilité, une disponibilité des textes pour la lecture

iii. Lexique, phrases, aphorismes, recueils, « Décentrements » est une collection

4.4.4 Lexique

Signe que Milad Doueihi a raison de parler de culture anthologique

Pour La Petite Apocalypse illustrée, Josée Marcotte propose carrément un lexique. Mais la vie des personnages de « papier » qui le composent s’y invite.

Le fait que ce soit un inventaire de termes définis suivant l’ordre alphabétique nous amène à reconnaître une instance très claire de ce que Milad Doueihi appelle la culture anthologique, même si ce concept a une portée plus large dans son esprit, comme nous le verrons. De plus c’est aussi une raison de plus de parler d’une culture numérique car si des définitions semblent nécessaires, c’est bien parce qu’on entre dans un nouveau territoire de l’imaginaire collectif. Il importe de nous doter de repères. Le fait que les autres écrits n’aient pas cette forme ne contredit pas ce que nous affirmons ici. Le lexique est un cas précis de la culture anthologique. Mais les autres recueils sont aussi des anthologies et les carnets sont aussi des collections de « feuillets ». C’est une culture qui accumule des éléments en séries sans chercher une hiérarchie ni une narration au sens classique pourrions nous dire. C’est que le contrat de lecture est en cours de négociation au fil de l’intrigue. C’est pourquoi il est utile de voir chaque « période » comme une historiette.