Dimension historique et critique

[Renvoie à la propriété d’être créative-critique]

Comme ces rapports entre culture numérique et littérature numérique sont présentés dans le chapitre 5 (suite à l’analyse des textes, qui correspond au chap. 4), et puisque ce  rapport (la dimension historique et critique) est le deuxième dégagé de l’étude des textes de la collection « décentrements » (le lien entre l’histoire et la créativité vient de la reconnaissance que l’avenir est en partie une construction : on devient ce que l’on fait-écrit), les sous-titres de cette page présentent la numérotation 5.2.x…

{À relier au « Caractère paradoxal de certaines préoccupations prédominantes »}

[À mettre en rapport avec 3.2.1 (La toile est un itinéraire qui s’écrit en le traçant)]

Nous voyons qu’une des questions que nos écrits posent est de savoir si l’histoire est linéaire ou cyclique. Comment s’écoule le temps? Est-ce que cela a à voir avec la façon dont on écrit l’histoire? Cela nous ramène à la réflexion de Paul Ricoeur dans Temps et récit II. La configuration du temps dans le récit de fiction. Peut-on parler de stigmergie pour désigner la façon dont, selon cet herméneute français, le temps de l’invention s’associe au temps historique dont il s’inspire pour donner assise crédible aux évènements qu’il relate? On y reviendra.

L’idée que l’histoire s’écrit en la faisant se trouve manifestée dans l’impression que la route est produire par la lumière de phares. Impression qui est favorisée par le fait de se trouver dans les prairies canadiennes, au Manitoba, où tout est plat. « D’après ce qu’on voit, on ne peut être que dans l’es­pace, sur une pla­nète. Les phares du pick-up ouvrent sur cette pla­nète une voie d’as­phalte, comme si la lu­mière jaune ti­rait au-de­vant les lignes et les cou­loirs de la route. » (p. 68). Le caractère historique de l’aventure se traduit aussi dans le fait que c’est l’histoire personnelle du personnage auteur qui se joue à travers ces lignes. « J’ex­plo­re­rais d’autres es­paces et je rou­vri­rais d’autres che­mins, y com­pris du côté du Bic. » (p. 10). Il s’en rend compte, pour l’avoir beaucoup « pratiquée », « La route est une ex­pé­rience en soi qui ja­mais ne lie les ter­ri­toires qu’elle relie » (p. 12). Ainsi c’est l’investissement personnel qui fait être le parcours. «  On avait battu la cam­pagne, c’était dif­fi­cile comme ça à pied et en stop. » (p. 52). Mais en fait il faut relier ce que l’expérience accumule pour en faire la synthèse. « À quoi je pen­sais ? Je par­tais comme ça dans l’Ouest et je croyais que la vie al­lait s’oc­cu­per de lier d’elle-même l’ex­pé­rience. Je croyais qu’As­phalte était don­née, que Route se dé­rou­le­rait aussi fa­ci­le­ment qu’un ruban. Non mais à quoi je pen­sais ? » (p. 87). Et c’est le rôle de l’écriture. Cependant cela se prépare par la lecture.

C’est ainsi que la culture, la formation critique, est l’enjeu central du récit, finalement. Cela est-il un trait qui ressort davantage en contexte numérique?

Pour ce qui est de la culture critique, il y aurait davantage à dire.

5.2.1 Prolongement de la culture humaniste : continuité

Perspective traditionnelle sur la quête de sens

Dans la perspective où l’écriture est la trace susceptible d’être repérée lors d’une requête en vertu de son enregistrement et de son indexabilité, on voit qu’il y a une conscience de la responsabilité des écrivains

En même temps, le fait de se remettre en question comme auteurs est une manière de laisser parler le phénomènes dont ils sont l’expression

5.2.2 Culture contestataire et émancipation : rupture

Affirmation d’autonomie par rapport aux institutions doctrinales établies

En marge de l’édition traditionnelle, de l’université, de la critique et du commerce

Formation d’une communauté fondée sur une vision alternative

Réseau Publie.net, lui-même en lien avec Association Sens Public, etc.

[Nouveau]

5.2.3 Le transitionisme (la transposition du progressisme)

L’alternance entre l’audace et la timidité…
La terre-j’y-vais-rsation (retour du doute et québécitude)

Le principe de précaution appliqué à la question nationale-égoïste

Le louvoiement constant entre volontarisme et servitude volontaire

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s