Archives pour la catégorie Résultats

5.2.3 Le transitionisme (la transposition du progressisme)

ou la terre-j’y-vais-rsation (retour du doute et québécitude)
[Premier jet (stimulé par la lecture d’un article, ‟ L’Écosse et le principe de précaution: avantage aux forces du Non ” de Simon Couillard, professeur de philosophie et doctorant en études québécoises, où il montre que la transposition du principe de précaution est en train de rendre les sociétés impuissantes à oser quelque transformation en profondeur des structures établies que ce soit)]
{Le texte qui suit devra être grandement raffiné et intégré à la structure qui suit, laquelle s’en verra forcément modifiée}
Le pont entre les deux attitudes en apparence contradictoire, c’est probablement quelque chose qui relève de l’affect (non sans rapport avec la quête de soi et la perspective existentialiste que l’on a cru déceler dans ces récits du décentrement, à la fois géo-politique et spirituel) ce qui pourrait avoir un intérêt spécifiquement littéraire (ne serait-ce que par ce que cette posture indécise maintient le lecteur en haleine, produisant une sensation de ‟ trépidation-retenue ”). Or, nous pouvons imaginer que des traits de la québécitude – qui sont probablement présents dans ces textes qui ne sont pas sans attaches (malgré la volonté de liberté qu’ils expriment), sont assez représentifs d’une disposition plus générale de l’humanité encore imprégnée de l’ère du vide que tentait de nous faire voir Gilles Lipovestsky. Face au vide, soit on opte pour un pari pascalien, soit on ne se sent pas la force de lancer à la face du cosmos intersidéral un ‟ oui ” affirmatif, et on se tait dans un silence contrit. Nos auteurs, pourrions-nous dire sont du côté de l’attitude intermédiaire, celle qui ose un timide peut-être, que trahit ici le fait qu’ils publient en ligne mais sans embrasser l’ensemble des possibilités du medium, ni même en explorer une en particulier qui pourrait les amener à entrer véritablement dans l’ère du numérique. Peut-être ont-ils peur que celle-ci représente un abandon des valeurs humanistes et une adhésion à l’idéologie post-humaniste. Leur prudence relève-t-elle de la prévention libérale, de la solidarité des ères du travail, ou du principe de précaution au sens où l’entend François Ewald? Celui-ci expliquerait que l’Écosse soit plus portée à se dire non, comme l’a déjà fait le Québec deux fois, car on demande une double garantie aux initiatives qui pourraient bouleverser l’ordre établi. Cela conduit à une sorte d’inertie, liée à l’étouffement de l’innovation.cf. ‟ L’Écosse et le principe de précautioon ; avantage aux forces du Non ” Le Devoir, 13 et 14 septembre 2014, article de Simon Couillard. « Ewald soulignait ainsi le caractère ‛contre-révolutionnaire ” du principe de précaution, commme ‟ il a prétention à limiter l’innovation dans un cadre de progrès sans rupture ”. »
Ceci permet de comprendre les implications politiques d’une telle disposition à la « modération » modulée en fonction de la valse hésitation du désir avec les appréhensions.
On comprend que l’espace qui se crée en louvoyant de la sorte ne peut présenter le caractère rationnel des cartes du monde quadrillées systématiquement.
C’est dans un tel univers dystopique que nous semblons nous acheminer, bon gré mal gré, selon les humeurs et la rumeur du moment.

L’alternance entre l’audace et la timidité…
La terre-j’y-vais-rsation (retour du doute et québécitude)

Le principe de précaution appliqué à la question nationale-égoïste

Le louvoiement constant entre volontarisme et servitude volontaire

«La solidarité nous avait presque rendus risquophiles; nous voilà redevenus risquophobes», écrit François Ewald

Voilà qui montre que selon la façon dont on « navigue » à travers ces ambitions et ces doutes, on dessinera une carte du monde qui sera plus ou moins mouvante ou « métastable ». On devra atteindre à une forme d’équilibre entre les deux postures pour que la culture numérique soit inclusive. Mais une telle « ouverture » ne masque-t-elle pas une forme de complaisance à l’égard du statu quo (et du « laisser-faire »)?
La « table » est mise en tous cas pour discuter des rapports entre politique et spatialisation dans ce nouvel environnement médiatique, avec comme point de départ la question des rapports entre stigmergie (une forme de systématicité organique des rapports entre action des individus et réaction du milieu) et architecture (dans une perspective où les contours des lieux sont de moins en moins aisés à définir, qu’il s’agisse de livres, de pays, ou d’organisations trans-étatiques, à commencer par l’institution littéraire…).

Cela sera bien entendu à mettre en rapport à nouveau avec le statut de l’auteur et la question de l’autorité, que nous avons commencé à aborder en découvrant comment les identités devenaient floues (remettant en question le contrat de lecture) et que nous avons continué de développer en rapport avec la problématique de la finitude et de l’inachèvement (la question du faillibilisme), mais sur laquelle nous reviendrons de manière plus spécifique maintenant, en lien avec l’examen de les enjeux politiques de la mobilisation des relations entre l’écriture et l’espace. Celle-ci se manifeste, notamment, la modification (porosité croissante) du cadre métadiégétique, le récit-cadre devant empiéter sur bien d’autres dimensions du réseau pour permettre l’osmose nécessaire à la contamination mutuelle du récit et du monde. Or on peut se demander si celle-ci (cette relation osmotique facilitée par la multiplication des échanges, qui les rend perméables l’un à l’autre) est une condition de leur « dialogue » (par la fabrication, presque le raboutage, d’une intersubjectivité) [à moins que le web sémantique nous conduise vers le totalitarisme de la transparence]?

 

iii. Lexique, phrases, aphorismes, recueils

« Décentrements » est une collection (formation anthologique) [Objet documental]
Une première hypothèse serait que cette ouverture se manifeste à travers le caractère anthologique de la culture, renvoyant à la fois à cette soif de savoir et à la volonté de promouvoir une nouvelle égalité entre les individus. Ce qui se traduit dans la culture geek, transposable à d’autres domaines que l’informatique, par un encouragement des initiatives provenant de la base, suivant le principe d’après lequel la révolution ne viendra pas d’une confrontation violente avec l’autorité, mais d’une systématisation des modes de fonctionnement remplaçant le top-down par le bottom-up. C’est l’idée de l’image du bazar par opposition à la cathédrale. Dans Vers l’Ouest, la manière dont cette ouverture se manifeste est par la mise à plat des émotions qui cèdent la place à la description de ce qui se produit et des paysages, à commencer par la route, premier personnage. Mais comment cela se rapporte-t-il à la culture du Bazar telle que l’a définie Milad Doueihi? Rappelons-nous que ce n’est plus seulement le rapport à la propriété des moyens de production qui est considéré ici, mais la mise en oeuvre des moyens pour diffuser la compétence numérique. (cf. 3.1.2, citation de CN, p. 165)

Il conviendrait ici de mettre en rapport la réflexion que nous venons de faire sur l’importance de la disponibilité des lecteurs à l’émergence de nouvelles interprétations, à partir des propositions contenues dans les textes, avec la valorisation de la culture anthologique, mise en évidence par Doueihi, et que semblait confirmer, du sein même de la collection que nous étudions, la présence d’un livrel en forme de lexique (La Petite Apocalypse illustrée, de Josée Marcotte – cf. 4.4.4). En effet, ce caractère étal de la matière qui constitue le texte, cela doit donner un sentiment de liberté quant à l’itinéraire qui permettra de couvrir tout le territoire que représente l’ouvrage. Or ce rapport entre ce qui est étal (comme dans un bazar) et l’égalité inter-individuelle (serait-ce entre des phénomènes impersonnels comme les couleurs), elle apparaît assez explicite déjà dans Vers l’Ouest, de Mahigan Lepage. Déjà, sa fascination pour l’idée d’étale nous vient de ce qu’il emploie ce mot d’une manière peu coutumière (comme substantif ). Parlant du stade, il dit : « De l’étale de la ville en re­trait se dresse un haut mât pen­ché sur une grosse sou­coupe » (p. 26). Mais « étale » est un terme maritime, un nom masculin : « Moment où le niveau de la mer ou d’un cours d’eau est stabilisé. » (Larousse). Il semble le savoir puisqu’il se réfère à un mât pour parler de la tour du stade, quoique dans ce cas-ci ce n’est pas une image, puisque c’est bien ce dont il s’agit, étant donné qu’il sert à soutenir la toile servant de toit à l’amphithéâtre… Par ailleurs il s’en sert à nouveau pour qualifier la ville, cette fois en tant qu’adjectif. « Le ter­mi­nus d’au­to­car se trouve dans une par­tie plus étale de la ville » (p. 33). Le fait de s’étaler est attribué à la route, en décrivant l’asphalte qui « continue de s’étendre » alors qu’il est aux marges de Montréal (p. 25). La notion prend vie avec le verbe « se dérouler ». On voit évidemment l’analogie avec le rouleau de papier. C’est une analogie classique entre le chemin et l’écriture que l’on retrouve déjà dans Le Rouge et le noir de Stendhal, lorsque le roman est défini par le narrateur comme un miroir brandi le long du chemin. Les tons de rouge et de noir, sont, rappelons-le, ceux qui s’entremêlent comme les couleurs fondamentales du bitume constitutif de la route. On pourrait même dire que phénoménologiquement, l’enroulement du rouge et du noir est constitutif de la route telle que nous la percevons, lorsqu’on y migre Vers l’Ouest, comme a tenté de le faire Mahigan Lepage avec un succès mitigé (c’est aussi le récit d’un échec partiel).

La notion de Beat est évoquée lorsqu’il mentionne que ses amis et surtout lui sont perdus. « Donc j’étais perdu, de tous mes amis j’étais sans doute le plus perdu » (p. 7). Elle nous ramène à cette idée d’égalité que nous voyons associée à ce qui est « étale ». Voici où le rapport apparaît. « C’est en­core et tou­jours la prai­rie, qui tout éga­lise. » (p. 68).

Sinon, la culture anthologique se manifeste peut-être dans ce récit, par l’énumération des noms des villes que l’on traverse. Mais comme elles ne sont pas vécues, elles font l’objet d’une reconstitution a posteriori. Cela fait partie de la réalité du monde cartographié. Si le monde se présente concret comme ruban d’asphalte se déroulant, et succession de panneaux de circulation. Il n’en demeure pas moins qu’il est plus facile que jamais de le survoler à l’aide d’une carte et d’y repérer les agglomérations qui jalonnent notre parcours.

« Je viens à peine d’at­ter­rir sur la route que déjà je me sens seul. Une voi­ture m’a pris en stop et m’en­traîne vers Ot­tawa. On pense peut-être aux vil­lages qui ja­lonnent de l’autre côté de la ri­vière Ou­taouais, Fa­cett, Mon­te­bello, Pa­pi­neau­ville, Plai­sance, Thurso, Mas­son. De ce côté-ci de la ri­vière je ne connais pas le nom des lieux. Il y a Com­ber­land je crois. Pour moi ce côté-ci de la ri­vière Ou­taouais n’est rien que route et pan­neaux. » (pp. 35-36).

Ce passage est emblématique de ce que représente le passage à la culture numérique. Soit l’imprégnation de la réalité par la philosophie via l’introduction du rapport phénoménologique à l’existence vue la strate supplémentaire de référence perceptuelle que vient introduire le numérique. La virtualisation c’est surtout la possibilité de comprendre comment ça fonctionne en décomposant la perception en moments discrétisés. Et ce qu’on comprend d’abord, c’est que c’est à nous que revient la responsabilité d’établir les ponts entre les points. Et les points eux-mêmes, à la limite, n’existent peut-être que dans notre imagination.

ii. L’indexabilité, une disponibilité des textes pour la lecture

S’orienter dans le virtuel (Vitali-Rosati)

Il faut le dire, les livres de Publie.net ne sont pas nécessairement conçus pour être particulièrement ‘Indexables’. Ce qui serait une qualité fort pertinente pour répondre aux exigences du web « sémantique » (où les métadonnées informent les objets de manière plus transparente) en particulier. Quoique le web sémantique exige surtout que les documents (y compris les oeuvres hypermédiatiques – comme le sont les livres numériques, même les moins sophistiqués) soient indexés (accompagnés des informations pertinentes les concernant pour faciliter leur repérage et leur utilisation). Idéalement, il faudrait qu’ils soient décrits au moyen de métadonnées pertinentes, et conformes à des normes respectant des critères d’interopérabilité. À cet égard, les versions ePub des livrels ont au moins l’avantage d’être réalisés à partir de documents structurés fondés sur XML et utilisant le XHTML comme langage de balisage pour les contenus. Mais la coopérative n’avait pas les moyens de s’assurer de paramétrer leurs livrels pour aller plus loin en utilisant un schéma RDF pour la description des contenus, ou en utilisant une couche de métadonnées supplémentaires visant à indiquer des informations à propos des parties ou des chapitres. Le lecteur est livré à lui-même et le moteur de recherche aussi. Du coup. il n’y trouve que… ce qui s’y trouve! En ce sens cette collection ne prend pas autant avantage des possibilités du numérique malgré les efforts pour instaurer des manières de faire autres (dont l’écriture à quatre mains, les résidences numériques d’auteurs sur nerval.fr et sur le blogue de François Bon, le tiers livre). C’est déjà beaucoup mieux que ce que la situation de la majorité des livrels homothétiques dans lesquels les maisons d’édition investissent bien peu pour le prix qu’elles les font payer. Un autre des avantages des « volumes » des différentes collections de publie.net est qu’ils ne sont pas protégés par DRM, restriction à l’accès qui est optionnelle avec le format ePub (norme supportée par l’IDPF – comme le XHTML l’est par le W3C – et qui fut adoptée par l’IPA (ePub3, 2013) parce qu’elle permet justement la protection des droits de reproduction). Publie.net a plutôt opté pour le filigranage afin que l’on puisse savoir si l’ouvrage appartient réellement à la personne qui l’utilise. Mais ils ont décidé de retirer ce marquage à l’achat depuis 2014. Donc, les livrels peuvent être prêtés et même donnés sans problème. On fait confiance à la bonne volonté des lecteurs pour acheter leur copie. Déjà, ce facteur d’ouverture au partage est celui qui contribue le plus à rendre les textes disponibles, en favorisant leur circulation.

Du point de vue de l’indexation, la table des matières joue un rôle crucial pour les lecteurs et elle représente même un des rares suppléments de fonctionnalité qu’apporte le livre numérique homothétique par rapport à son équivalent papier. Un certain flou existe autour de la manière dont on peut annoter des livrels de manière à conserver ces métadonnées produites par les utilisateurs. Les signets ne sont pas toujours synchronisable (dans Calibre, par exemple, c’est difficile), et on peut craindre que ces informations se perdent à l’occasion d’une mise à jour du logiciel ou s’il cesse de fonctionner dans un nouvel environnement.

Parmi les livres étudiés, Vers l’Ouest est dénué de toute table des matières. En le lisant on peut y adjoindre son propre système de repères en marquant par des signets nos propres découpages du texte. En ce sens, il demeure tout à fait indexable. De plus, on peut copier-coller le texte et le réorganiser dans un logiciel de traitement de texte, ou dans une base de données en découpant les passages qui sont des réflexions s’ajoutant aux descriptions, les souvenirs renvoyant au passé, les actions contribuant à l’évolution de la situation et les péripéties épiçant le voyage comme des aventures dans l’histoire. Mais il faut se rappeler que Vers l’Ouest résulte de la récupération de chapitres élagués de Coulées (cf. corpus secondaire, dans la bibliographie). Et on devrait aussi se rappeler que les « récits de soi », les « récits d’apprentissage » et les « récits de voyage » forment toute une constellation qui s’enracine dans une vaste tradition. Toutes ces informations devraient demeurer présentes à l’esprit lorsque nous lisons… Mais, avec le numérique (caractérisé davantage par l’enregistrement que par la « présence immédiate » comme le croyait McLuhan, tel que les travaux de Maurizio Ferraris concourrent à le montrer), il pourrait y avoir délestement de la mémoire (c’est un des traits « positifs » du numérique qu’a le plus fortement soulignés Michel Serres – avec son image controversée de Saint-Antoine marchant sa tête entre les mains – vue la libération de la puissance intellectuelle pour réfléchir et imaginer davantage de possibilités d’interrelation) et inscription de ces informations dans l’enveloppe du document (métadonnées encapsulées dans le fichier .opf dans le cas des livrels ePub2).

Certains termes et expressions plus obscurs demanderaient explication, comme talweg ou « les Plateaux ». Il y a parfois des éléments qui relèvent de la création d’une mythologies personnelle, mais d’autres (ou les mêmes) peuvent plutôt (aussi) renvoyer à des éléments de la culture partagée (locale ou humaine en général).

Mais, à travers tout cela, il ne faut pas perdre de vue que nous sommes aujourd’hui en mesure d’accéder à beaucoup d’informations en effectuant des recherches. C’est donc peut-être l’indexation des informations extérieures au texte qui est la plus importante? Si tel est le cas, des applications pourraient être conçues pour nous suggérer des liens entres les termes contenus dans le récit, en tenant compte de leur sens dans le contexte du discours environnant, pour avoir des suggestions de liens à effectuer avec d’autres textes ou connaissances. C’est ce que propose un projet d’application appelée Marmalades consistant à appliquer un algorithme de lecture à nos livres numériques afin de pouvoir accéder à des informations en ligne en sélectionnant une segment du texte que nous lisons (voir ces quelques vidéos, pour avoir une idée de ce que donnerait une telle lecture enrichie par la combinaison de recherches sur le web et des indications fournies par l’interprétation du mot ou de l’expression pointée, en relation avec le contenu de la page courante analysée par un algorithme d’intelligence artificielle). Le caractère dynamique de la lecture numérique proviendrait alors directement de la mise en oeuvre de principes issus de la culture numérique dans un sens qui combine l’informatique, le web sémantique et les interfaces intégrant de l’interactivité (en cliquant sur un mot ou une expression, on accèderait non seulement à son sens mais à un ensemble d’autres phénomènes auxquels il/elle renvoie, non pas dans l’absolu, mais en tenant compte du contexte de la lecture – avec certaines limites bien sûr). Actuellement le site du projet est indisponible (29 août), car le lancement aura lieu le 1er septembre (rendez-vous sur http://marmalad.es/ ). Jeff Lizotte, un des fondateurs de Sid Lee, affirme qu’il tient particulièrement à ce projet, pour lequel il a quitté une boite très lucrative, et qu’il développe avec Mathieu O’connor depuis au moins un an et demie (mars 2013).

Cependant, ce qui est vraiment dynamique dans la culture numérique, ne l’oublions pas, c’est la part active que les lecteurs peuvent prendre dans la construction du sens. C’est ce que nous explique Marcello Vitali-Rosati dans son texte « Auteur ou acteur du web? », où il éclaire le concept d’éditorialisation. Comme il l’a réexpliqué plus tard, nous pouvons dire que les interactions que nous avons avec le réseau laissent des traces de sorte que nous écrivons sans le savoir lorsque nous effectuons des recherches, car ces recherches, leur provenance, le contexte de navigation dans lequel elles s’effectuent sont enregistrées. Cette écriture est le fait des moteurs de recherche et des sites qui recueillent de l’information sur nous lorsque nous sommes connectés, mais elles sont aussi le fait des relations que nous proposons entre des nouvelles et des souvenirs personnels, des lectures et des évènements historiques, des livrels et des livres. C’est ainsi qu’on se rend compte que la culture numérique est « contaminée » (elle n’a rien contre ça…) d’emblée par des ensembles de connaissances préalables, plus ou moins formalisées et par des attentes qui relèvent en partie de l’imaginaire quant à ce que les nouvelles technologies peuvent nous aider à accomplir. De ce point de vue, nous pouvons légitimement parler de « mutation culturelle », même si la recherche de continuité est au coeur de ce qui donne sens à ce type de dénomination. En effet, que cherchons-nous à faire avec « les Internets », comme disait Xavier de la Porte lorsqu’il animait Place de la toile, si ce n’est « (re)créer du lien »?…  A cette différence près que les « liens » deviennent le lieu d’enjeux extrêmement divers et pas toujours explicites. Un des devoirs des « intellectuels » sera de déterrer les substrats politiques des présupposés qui président à l’édification de ce nouvel espace d’action. La mobilisation des consciences, et des « acteurs » (les éditorialisateurs sont toujours dotés de corps, qu’ils soient hommes ou machines – bien que celles-ci ne soient pas des robots, la plupart du temps, comme nous le rappelait Bernard Stiegler) constitue donc un des points de vue sous lequel il vaut la peine d’étudier l’évolution du web. Mais qu’on ne doute pas que celle-ci prolonge l’évolution biologique et qu’il y a contamination des deux ordres d’organisation de la vie. Cependant l’effet n’est pas linéaire. Il est systémique. Voici le fondement de la problématique soulevée par l’idée de changement de paradigme. Mais comme le dit Maurizio Ferraris, le propre des NTICs, c’est davantage de révéler les modalités de fonctionnement politique de nos cultures, sous tous les rapports (rapport à la vie et à la mort, à la mémoire et à l’oubli, à l’identité et à la différence) que de créer du « radicalement neuf ». Pour replacer ce grand questionnement philosophique en perspective littéraire, il convient de revenir à la façon dont notre usage des langues est modifié par la médiation des réseaux (qui sont toujours des réseaux d’appartenance mais en un sens extrêmement labile) émergents et de réfléchir sur cette question : « comment entrons-nous en « concurrence » avec nous-mêmes en cherchant à nous conformer à la norme? ».

Mais pour ce qui est des auteurs que nous avons tenté de suivre pour ce mémoire sur la manière dont la littérature québécoise s’inscrit dans le nouveau contexte culturel, je dois dire que la plupart des auteurs semblent résister – outre les limitations inhérentes aux moyens réduits de la coopérative publie.net pour révolutionner les livrels – à l’invasion de la culture numérique. Mahigan Lepage, il faut le dire, a dû écrire la première version du récit de son trajet vers 2001, alors que le seuil de « non retour » – que nous situons vers 2008 – n’était pas franchi. Son aventure survient à un moment où le web n’en était qu’à ses « balbutiements » (pour les profanes). La mobilité n’était pas un fait social courant (;o)). Mais cela n’empêche pas celui qui est devenu directeur de la collection « Décentrements » de parler beaucoup de ça: de mouvement, de la route, du voyage. Comment on « s’arrache », à un lieu, à une situation, à un destin? Telles sont certaines des questions que se pose « Le dernier des Mahigan« . Et, de ce point de vue, une partie de son propos est relativement classique sur le plan de valeurs humanistes véhiculées. Il y est question d’assumer ses choix, d’aller à la rencontre de qui on est, quitte à se confronter à l’échec, à l’erreur ou à l’errance. D’ailleurs, les écrits des autres auteurs québécois de Publie.net vont dans le même sens à plusieurs égards. Le travail de ces écrivains numériques francophones semble avoir tourné beaucoup autour de la recherche d’un équilibre entre affirmation de soi et exploration des sens possibles de l’existence.
En fin de compte, le goût de s’ouvrir aux possibilités de ce monde est peut-être ce par quoi ces quatre jeunes femmes et ce jeune homme ont le mieux intégré la culture numérique naissante, et en ce sens ils en sont d’excellents représentants. Mais, on pourrait se demander si, bénéficiant d’une formation littéraire universitaire, ils se retrouvent en porte-à faux par rapport à ce nouveau paradigme? Mais le fait qu’ils soient « cultivés » à la fois sur le plan littéraire et du point de vue de la société numérique ne devrait pas les rendre inaptes à évoluer au sein de ce « nouveau monde » sous prétexte qu’ils auraient encore un pied dans l’ancien. Cela signifie peut-être, cependant, qu’ils seront moins « tragiques » comme « personnages » que ne le fut Bérénice Einberg, dans L’Avalée des avalées, lorsqu’elle fut aux prises avec le passage à l’âge adulte.

Ultimement, donc, c’est davantage dans la disponibilité des auteurs au monde dont ils font preuve par leur écriture axée sur l’exploration, la découverte et la rencontre d’une vérité qui ne se veut pas définitive que l’on retrouve la marque de la culture numérique dans leurs livrels homothétiques. Mais alors comment retracer dans la forme, le style ou le rythme des signes d’ouverture des auteurs à la réalité de leur temps qui est faite de changement à un point rarement atteint auparavant?

i. Fragments, historiettes et périodes

Déconstruire le mythe du virtuel comme monde séparé du nôtre

Le monde des imaginaires littéraires en contexte numérique n’est donc pas déconnecté de la réalité corporelle. Le numérique n’est pas non plus en train de modifier notre corps au point de reprogrammer le génôme humain. Le numérique est devenu essentiel à la vie culturelle des peuples de la Terre, et cela aura des conséquences difficiles à évaluer sur l’avenir de la civilisation. D’un côté cela accélérera l’unification des races et des parties du monde. D’un autre côté cela entraînera peut-être un isolement accru des individus et une augmentation du sentiment de désespoir lié à la solitude effective des êtres entourés de milliers de semblables qu’ils ne connaissent pas alors que des millions d’étrangers sont officiellement leurs amis potentiels, des relations accessibles ou avérées sur les réseaux sociaux.

Le fait que les individus aient plus que jamais tendance à se raconter ne devrait pas nous surprendre. La question de savoir jusqu’à quel point ils sont fidèles à la vérité mérite d’être posée. Mais, si nous ne pouvons présumer qu’ils ou elles seront de mauvaise foi, il vaut mieux admettre que chacun est libre de transformer l’image de soi qu’il projette via les nouveaux nouveaux médias. Par contre, on a aussi souligné comment il deviendrait compliqué de déjouer les mécanismes mis en place par les fournisseurs de services pour s’assurer de collecter des données valables concernant notre identité, pour être en mesure de revendre ces informations plus cher à des compagnies voulant acheter de la publicité diffusée via leurs plateformes et ce en rapport étroit avec les utilisateurs qui s’en servent effectivement.

Cela justifie peut-être aussi le caractère parfois lacunaire, voire crypté de l’information que les auteurs numériques distillent à propos d’eux-mêmes dans leurs écrits. Les formes brèves, les historiettes qui restent en surface, les clins d’oeils anodins en apparence, les confessions trop crues pour être vérifiables, cette ludicité de l’expression qui se moque de notre voyeurisme tout en le nourrissant, comme le fait que Mahigan Lepage réfère à plusieurs reprises à son prénom juif sans jamais nous le communiquer. Qu’est-ce que cela signifie? Quelle différence entre son prénom juif et son prénom chrétien? Possède-t-il aussi un prénom laïque? Mahigan est-il amérindien, comme le Mohican auquel réfère le titre de son blogue (le dernier des Mahigan). Sa « race » lui importe-t-elle autant? Se sent-il viscéralement attaché à sa religion? Ou est-ce que ce n’est qu’une diversion. Avec le numérique, une seule chose est sûre, le terrain est glissant. Les micro-nouvelles sont alors comme autant de billes sur lesquelles on peut perdre l’équilibre. Et c’est ce qui rend l’exploration de cet espace excitant. On ne sait jamais sur quelle perle on va tomber (au milieu de nombreuses baudruches, il est vrai). Cela n’est pas un fantasme. Ce n’est pas non plus une représentation imagée. Chaque propos est un atome de ce monde culturel qui est le nôtre. Tous n’ont pas le même degré de visibilité et chacun n’y a pas accès avec la même facilité. Il n’est pas donné à tout le monde de se sentir à l’aise que ce soit en flottant grâce à la tension superficielle de cette mer d’informations, ou en y plongeant carrément. Mais une chose est certaine, qui s’y frotte s’y pique. Et ces épines numériques ne sont pas sans puissance de pénétration.
Enfin, à vous de juger.

5.5.5 Convergence de ces traits …

Ces traits ne sont pas nouveaux, mais leur convergence, suivant une série élevée, formerait le trait déterminant du numérique

[À mettre en rapport avec 4.6 (Le rapport au langage et à la parole (niveau de langue, place de l’oralité))]

{à retravailler }

Pour terminer notre analyse (ceci n’est pas définitif), revenons sur la réactualisation de l’attitude propre aux cultures orales. Est-ce du théâtre? S’agit-il d’une mise en scène de l’écriture? Les interactions entre les éléments constitutifs de l’idée contemporaine de texte sont-elles devenues le personnage principal? Et cette idée n’inclut-elle pas la possibilité pour le locuteur (le lecteur n’est-il pas au moins autant celui qui « prononce » l’oeuvre que son scripteur?) de « dialoguer » avec son oeuvre. Du coup, l’auteur n’a-t-il pas avantage à se faire discret? N’est-il pas tenu à une sorte réserve, et d’apprendre à s’effacer pour que son oeuvre corresponde à cette idée du texte contemporain, qui vit de sa vie propre (alimentée de celles des lecteurs qui s’y « investissent ») une fois écrit? Et n’en va-t-il pas de même pour les différents traits (ou structures) qui forment (ou concourent à générer) cette dynamique narrative complexe, qui serait à la fois le propre de la littérature électronique et de la culture numérique bien comprise? Car, si elle devait s’incarner en un être doté de conscience, il semblerait plus censé d’imaginer cette entité bifide moitié ensemble, moitié morceau d’un tout, mi-corps/mi-esprit, comme ne souhaitant pas être assimile à la somme des airs connus du passé. Une figure émergeant du mouvement vivant de l’histoire, ne se voudrait pas conscience neuve sans que sa chair elle-même exprime une nouvelle tonalité de l’être, qui soit plus en résonance avec le devenir, peut-on croire. En même temps, on ne peut pas forcer la convergence à avoir lieu. Et cet être demeurerait un être jeté. Ouvert à la contingence, comme nous le sommes, bon gré, mal gré.