iii. Lexique, phrases, aphorismes, recueils

« Décentrements » est une collection (formation anthologique) [Objet documental]
Une première hypothèse serait que cette ouverture se manifeste à travers le caractère anthologique de la culture, renvoyant à la fois à cette soif de savoir et à la volonté de promouvoir une nouvelle égalité entre les individus. Ce qui se traduit dans la culture geek, transposable à d’autres domaines que l’informatique, par un encouragement des initiatives provenant de la base, suivant le principe d’après lequel la révolution ne viendra pas d’une confrontation violente avec l’autorité, mais d’une systématisation des modes de fonctionnement remplaçant le top-down par le bottom-up. C’est l’idée de l’image du bazar par opposition à la cathédrale. Dans Vers l’Ouest, la manière dont cette ouverture se manifeste est par la mise à plat des émotions qui cèdent la place à la description de ce qui se produit et des paysages, à commencer par la route, premier personnage. Mais comment cela se rapporte-t-il à la culture du Bazar telle que l’a définie Milad Doueihi? Rappelons-nous que ce n’est plus seulement le rapport à la propriété des moyens de production qui est considéré ici, mais la mise en oeuvre des moyens pour diffuser la compétence numérique. (cf. 3.1.2, citation de CN, p. 165)

Il conviendrait ici de mettre en rapport la réflexion que nous venons de faire sur l’importance de la disponibilité des lecteurs à l’émergence de nouvelles interprétations, à partir des propositions contenues dans les textes, avec la valorisation de la culture anthologique, mise en évidence par Doueihi, et que semblait confirmer, du sein même de la collection que nous étudions, la présence d’un livrel en forme de lexique (La Petite Apocalypse illustrée, de Josée Marcotte – cf. 4.4.4). En effet, ce caractère étal de la matière qui constitue le texte, cela doit donner un sentiment de liberté quant à l’itinéraire qui permettra de couvrir tout le territoire que représente l’ouvrage. Or ce rapport entre ce qui est étal (comme dans un bazar) et l’égalité inter-individuelle (serait-ce entre des phénomènes impersonnels comme les couleurs), elle apparaît assez explicite déjà dans Vers l’Ouest, de Mahigan Lepage. Déjà, sa fascination pour l’idée d’étale nous vient de ce qu’il emploie ce mot d’une manière peu coutumière (comme substantif ). Parlant du stade, il dit : « De l’étale de la ville en re­trait se dresse un haut mât pen­ché sur une grosse sou­coupe » (p. 26). Mais « étale » est un terme maritime, un nom masculin : « Moment où le niveau de la mer ou d’un cours d’eau est stabilisé. » (Larousse). Il semble le savoir puisqu’il se réfère à un mât pour parler de la tour du stade, quoique dans ce cas-ci ce n’est pas une image, puisque c’est bien ce dont il s’agit, étant donné qu’il sert à soutenir la toile servant de toit à l’amphithéâtre… Par ailleurs il s’en sert à nouveau pour qualifier la ville, cette fois en tant qu’adjectif. « Le ter­mi­nus d’au­to­car se trouve dans une par­tie plus étale de la ville » (p. 33). Le fait de s’étaler est attribué à la route, en décrivant l’asphalte qui « continue de s’étendre » alors qu’il est aux marges de Montréal (p. 25). La notion prend vie avec le verbe « se dérouler ». On voit évidemment l’analogie avec le rouleau de papier. C’est une analogie classique entre le chemin et l’écriture que l’on retrouve déjà dans Le Rouge et le noir de Stendhal, lorsque le roman est défini par le narrateur comme un miroir brandi le long du chemin. Les tons de rouge et de noir, sont, rappelons-le, ceux qui s’entremêlent comme les couleurs fondamentales du bitume constitutif de la route. On pourrait même dire que phénoménologiquement, l’enroulement du rouge et du noir est constitutif de la route telle que nous la percevons, lorsqu’on y migre Vers l’Ouest, comme a tenté de le faire Mahigan Lepage avec un succès mitigé (c’est aussi le récit d’un échec partiel).

La notion de Beat est évoquée lorsqu’il mentionne que ses amis et surtout lui sont perdus. « Donc j’étais perdu, de tous mes amis j’étais sans doute le plus perdu » (p. 7). Elle nous ramène à cette idée d’égalité que nous voyons associée à ce qui est « étale ». Voici où le rapport apparaît. « C’est en­core et tou­jours la prai­rie, qui tout éga­lise. » (p. 68).

Sinon, la culture anthologique se manifeste peut-être dans ce récit, par l’énumération des noms des villes que l’on traverse. Mais comme elles ne sont pas vécues, elles font l’objet d’une reconstitution a posteriori. Cela fait partie de la réalité du monde cartographié. Si le monde se présente concret comme ruban d’asphalte se déroulant, et succession de panneaux de circulation. Il n’en demeure pas moins qu’il est plus facile que jamais de le survoler à l’aide d’une carte et d’y repérer les agglomérations qui jalonnent notre parcours.

« Je viens à peine d’at­ter­rir sur la route que déjà je me sens seul. Une voi­ture m’a pris en stop et m’en­traîne vers Ot­tawa. On pense peut-être aux vil­lages qui ja­lonnent de l’autre côté de la ri­vière Ou­taouais, Fa­cett, Mon­te­bello, Pa­pi­neau­ville, Plai­sance, Thurso, Mas­son. De ce côté-ci de la ri­vière je ne connais pas le nom des lieux. Il y a Com­ber­land je crois. Pour moi ce côté-ci de la ri­vière Ou­taouais n’est rien que route et pan­neaux. » (pp. 35-36).

Ce passage est emblématique de ce que représente le passage à la culture numérique. Soit l’imprégnation de la réalité par la philosophie via l’introduction du rapport phénoménologique à l’existence vue la strate supplémentaire de référence perceptuelle que vient introduire le numérique. La virtualisation c’est surtout la possibilité de comprendre comment ça fonctionne en décomposant la perception en moments discrétisés. Et ce qu’on comprend d’abord, c’est que c’est à nous que revient la responsabilité d’établir les ponts entre les points. Et les points eux-mêmes, à la limite, n’existent peut-être que dans notre imagination.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s